Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Abus et Maltraitance de l'Enfant

Abus et Maltraitance de l'Enfant

Ce blog informe, conseille et oriente les enfants, les parents et les professionnels.

Les effets d'humiliation et de harcèlement scolaire.

Les enfants sont souvent les proies des autres à l’école. Ils sont humiliés par eux et ne savent pas comment se défendre. Certains, vivent l’humiliation à domicile et à l’école. Soit il est humilié par l’adulte devant ses frères, soit c'est un enfant plus fort ou moins fort que lui qui l'humilie devant les autres. L’humiliation des enfants a des lien avec le harcèlement. L’enfant harcelé est démunie des moyens de défense nécessaire. Il vit le calvaire. Pour certains, cette situation peut créer en eux une phobie scolaire ou un refus solaire temporaire ou définitif.

Le harcèlement scolaire n’est pas une violence scolaire plutôt un échec de dynamique de groupe. C’est une conduite intentionnellement répétitive, dans un but donné, etc. Les enfants sont dans la spontanéité et du conformisme. Ils font comme les autres. Ils sont incapables d'interagir entre eux. Pendant les disputes, certains prennent des images photos ou vidéos et les envoient aux amis. Les caractéristiques des individus qui harcèlent les autres sont identiques dans différentes sociétés. Ceci est valable pour les victimes de harcèlement et pour les spectateurs.

a. Elles ont une particularité physique ou des troubles spécifiques répertoriés par l’autre. Le harceleur ne supporte pas la différence. Il profite de la distraction ou de l’absence de l’adulte pour provoquer ou maltraité sa victime. Les victimes peuvent avoir subi des humiliations de la part d’un adulte proche (parent, enseignant, oncle, etc). La victime se retrouve seule et déprime. Plus tard, elle va se dire : « Il fait tard, les adultes me diront "pourquoi ne l’as-tu pas dit avant ?''». Les autres enfants, dits spectateurs, se rallient au harceleur.

b. Les spectateurs n'interviennent pas. Leur action peut arrêter la scène, mais ne la font pas. (ceux qui veulent voir et non dire les choses par peur d’être pris par les adultes, ou crainte d’être victime à la place). Leur inaction encourage le harceleur à répéter ses actes. Certains spectateurs encouragent même le harceleur ou alors lui rapportent les dires de la victime. Ils peuvent nourrir le conflit.

c. Le harceleur, se voit dans son narcissisme et se donne raison. Il va continuer et répéter son acte de harcèlement. Souvent le harceleur envie ce qu’a la victime ( les jouets, le groupe d'ami, etc.).

Quelques étapes du harcèlement :

* 1er temps : le harceleur s’en prend à sa victime (saisissement de la victime).

* il va titiller la victime pour voir sa réaction (verbalement, par geste, etc.).

* il cherche une nouvelle stratégie.

* il va perdre l’empathie envers la victime.

* s’auto narcisser.

* progressivement il s’éloigne de l’autre.

Dans le harcèlement, il y a des harceleur-victimes, des harceleur-pervers et des harceleurs auto-consommation thérapeutique. Les filles sont doublement touchées (trouble anxiété et les troubles de conduite antisociaux), c’est plus tranché pour les garçons que chez les filles.

Il faut faire un travail de groupe, pour qu’ils arrivent à comprendre la différence que porte l’autre. Savoir qu’on n'a pas le droit de projecteur sur l’autre son angoisse. Essayer d’ouvrir des espaces de discussion, … Que les adultes s’y mettent et essayent d’accompagner les enfants. Faire prendre conscience de ce qui gêne le harceleur chez l’autre. Souvent, ces enfants ont été des amis avant et s’il n'y avait pas de choses trop dure (Abus sexuels, attouchement,…) entre eux, ils se réconcilient vite. Seuls leurs parents restent dans leur conflit.

Les harceleurs et les victimes craignent de se retrouver dans un groupe où ils sentent un malaise. D’où perte de chance sociale. Donc on travaille sur le groupe, puis l’estime de soi et la demande de l’aide. Et après inviter le groupe à faire une cohésion ou une charte pour redynamiser le groupe en classe.

Les garçons et les filles ne harcèlent pas de la même façon. Actuellement, on assiste à un cyber-harcèlement. Par le biais d’internet, ils ont le moyen d’atteindre un grand nombre de spectateurs. Ils touchent une grande masse écolière. Leurs images sont permanentes sur la toile et difficile à cacher. La terrible conséquence est le suicide de la victime.

Mais pour des générations futures, ces enfants victimes auront du mal à apprendre à leurs enfants de gérer les violences et on voit leur réaction devant les images de violence. Le rappelle de la loi est nécessaire, mais jamais suffisant. L’unité de pédopsychiatrie propose différents outils pour accompagner les jeunes et les adultes.

Les effets d'humiliation et de harcèlement scolaire.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article