Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Abus et Maltraitance de l'Enfant

Abus et Maltraitance de l'Enfant

Ce blog informe, conseille et oriente les enfants, les parents et les professionnels.

La construction de soi dans le respect de sa pudeur.

La construction de soi dans le respect de sa pudeur.

La pudeur et l'intimité ne sont pas innées chez l'homme. L'enfant les apprend au fur et à mesure. D'abord, dans sa cellule familiale, ensuite à l'école et les milieux para-scolaire pour finir dans la société élargie : dans le milieu socio-professionnel.

Pour reprendre H. PULL, "La pudeur, ce comportement ambigu qui cherchera à dissimuler une partie ou la totalité de son corps au regard de l'autre ou même à son propre regard, naîtra de ces émotions conscientes et inconscientes successivement vécues " (1). Ce comportement est très prononcé dans certaines cultures. Les individus sont jugés sur le fait qu'ils sont ou non pudiques. Dans la cellule familiale les parents apprennent à leurs enfants les différents comportements et attitudes à observer en présence ou non de l'autre.

Comment l'enfant parvient-il à endosser ces règles ? Qu'est-ce qui pousse l'enfant à s'écarter des règles appris en famille ? Il n'existe pas de famille modèle, mais comment apprendre aux enfants à respecter et à faire respecter leur propre pudeur et intimité ? C'est quoi une pudeur et une intimité ? Qui a droit de nous toucher ? Comment poser les limites, interdire ou empêcher l'autre sans le menacer ni le violenter ?

En lumière d'une interview de J. Matot que j'aie transcrite, j'apporte quelques éléments de réponses à ces questions. Dans un objectif méthodique et cherchant à faciliter la compréhension, je subdivise en quatre étapes le processus d'apprentissage de la pudeur et d'intimité en famille.

La construction de soi dans le respect de sa pudeur.

1er temps : l’éducation et l’apprentissage de la pudeur et de l’intimité.

À l'image de ses parents, l'enfant enregistre ou copie certains gestes, attitudes et interdits usuels au sein de sa petite société. Les interactions intrafamiliales sont un des moyens de transmettre à l'enfant une certaine ligne de conduite. Les limites sont fixées par les adultes. Tous les membres de la famille sont invités à les observer. J Matot dit : « La pudeur et l'intimité chez l'enfant, c'est une notion déjà très évoluée. Qui est donc un résultat de quelque chose qui vient très progressivement ; parce que si on pense au tout petit-enfant, le petit enfant n'a pas spécialement de pudeur. Ce sont des choses, dans la manière dont les parents interagissent avec lui ou les adultes interagissent avec lui, se construisent progressivement sur le mode, au fond d'imitation. C'est-à-dire qu'il y a des choses que petit à petit les parents vont dire, ou montrer ou ne pas montrer. Et qui fond que, je dirais sur un mode d'imitation, l'enfant va prendre plus ou moins en fonction de la manière dont il aime jouer aussi avec ce qui est autorisé ou interdit, encouragé ou au contraire inhibé par les parents. « La pudeur et l'intimité chez l'enfant, c'est une notion déjà très évoluée. »(2).

En quoi consiste le deuxième temps d'apprentissage de l'enfant.

2e temps : l’enfant prend en main son apprentissage.

J. Matot dit que : « Il y a un deuxième mouvement, alors qui est beaucoup plus propre à l'enfant lui-même.2e temps : et que ce mouvement très spontané, il faut quand même le dire est très important évidemment à respecter, parce que c'est toutes les prémices de la vitalité et du plaisir de vire d'un enfant qui se trouve là-dedans.(je pense, qu'il faut être très ouvert à ce niveau-là). Et c'est quand même un grand acquis. {je pense, on pourrait dire de ces années post 68. Donc d'avoir ouvert véritablement très très les choses à ce niveau. Même s'il y a eu, peut-être certaines choses qui ont été moins positives. Mais je pense que, globalement il y a des choses très importantes dans le sens de la liberté de vivre et d'expérimenter les choses au niveau des enfants qui sont certainement à conserver et à valoriser.}.

Mais dans ce premier mouvement petit à petit, l'enfant lui-même, dans son développement parce qu'aussi son expérience s'enrichisse et se diversifie. Il y a aussi la rencontre des autres, la rencontre de la socialisation. D'autres modes aussi de curiosité qui se développent beaucoup plus dans le sens que l'on pourrait dire d'une effectivement symbolisation. De quelque chose qui est une complexification effectivement du monde.

Dans tous ces mouvements-là, il y a au fond petit à petit, une certaine, pas une mise à distance, mais une canalisation que l'enfant est amené à faire lui-même, de toute cette vitalité pour que les différents domaines puissent se développer de leurs manières. Et que l'apprentissage notamment des choses beaucoup plus au niveau intellectuel, au niveau culturel au sens large pour l'enfant puisse être accompagné et être aidé par le fait que tous les modes plus extensifs, plus pulsionnels puissent petit à petit prendre des voies plus restreintes, plus canalisées. Et que dans ce mouvement qu'on appelle grosso modo, le refoulement en terme psychologique ou psychanalytique. Et que le refoulement s'exerce et amène précisément l'enfant à une certaine retenue par rapport à certaines extériorisations qu'il avait de manière beaucoup plus spontanée et expansive auparavant. » (2).

Ceci est très important d'autant plus que l'enfant essaye de répondre au souhait de ses parents. Il arrive que l'enfant s'oppose aux prescriptions familiales. Il va se retrouver dans une sorte de pression psychologique de l'interdit et du permis. Cette situation oblige l'enfant à recourir à ses capacités de métabolisation psychique pour retrouver l'équilibre. Le troisième temps éclairci certains éléments.

La construction de soi dans le respect de sa pudeur.

3e temps : refoulement et métabolisation psychique.

J. Matot continue à dire que : « … Dans ce mouvement-là, ce mouvement de refoulement, il y a quelque chose qui est inhérent au niveau de l‘enfant et qui va l'amener à refréner certains aspects qu'il montrait beaucoup plus spontanément auparavant et donc à entrer beaucoup plus dans le champ d'une certaine pudeur. Et également de quelque chose où sa propre intimité et par voie de conséquence l'intimité de l'autrui va prendre une place beaucoup plus importante de manière progressive. Et là encore il y a de grandes variations d'un enfant à l'autre et également d'une famille à l'autre ... Les normes familiales en cette matière sont extrêmement diverses. Je pense que cette diversité est une richesse. Ceci est très important d'autant plus que s'il n'arrive pas à saisir comme le souhaitent les parents, l'enfant s'opposer à ses parents ou se retrouver dans une sorte de pression psychologique de l'interdit et du permis. Je pense qu'il y a là des climats familiaux qui sont très importants. Et ce que l'enfant va faire au fond dans sa rencontre avec d'autres enfants, d'autres familles, d'autres parents. » (2).

Le refoulement étant fait, l'enfant trouve une sorte de compromis. Progressivement, il va tracer sa propre voie et sa propre manière ou façon de poser les limites. Plus il grandit, plus l'enfant devient de plus en plus pudique et plus les écarts se creusent entre ses parents et lui. Ceci se constate dès le premier jour que l'enfant passe dans un environnement nouvel loin des parents. Le quatrième temps développe ce point.

4e temps : l’enfant dans la société et en relation avec ses pairs.

C'est un temps de confrontation avec les autres. Ce moment est très important pour l'enfant. Pour ce dernier temps, J. Matot dit que : « Et puis dans la rencontre de l'école, petit à petit, son propre chemin, sa propre manière de jouer avec ce qui est du registre habituel des valeurs familiales et puis ce qui a cours dans d'autres familles et dans la société de manière générale. » (2).

Si l'enfant ne s'adapte pas bien à ses pairs et s'il tombe sur les enfants qui n'observent pas les limites, il peut devenir une cible potentielle au harcèlement. Les adultes doivent être exemplaires. Dans leur tâche d'éducation, les parents doivent discuter ouvertement et attentivement avec leurs enfants.

Référence :

1.Parents – Enfants » Dr Henri PULL sur : http://www.psychiatrissimo.com/la-pudeur-et-lenfant/

2. Matot J.-P. Comment se construise la pudeur et l’intimité chez l’enfant. Sur http://www.yapaka.be/video/comment-se-construisent-la-pudeur-et-lintimite-chez-lenfant.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article