Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Abus et Maltraitance de l'Enfant

Abus et Maltraitance de l'Enfant

Ce blog informe, conseille et oriente les enfants, les parents et les professionnels.

Les quatre phases qui conduisent à l'abus sexuel.

Les quatre phases qui conduisent à l'abus sexuel.

​Un abus sexuel n'est pas un acte ou un fait du hasard ni accidentel. Il est commis sciemment par l'agresseur. L'abuseur est un pervers qui prend son temps avant de commettre ses actes d'abus. Ces derniers sont prémédités et organisés dans le but ultime d'attendre la victime. Toutes les étapes sont réalisées dans l'ignorance totale de la victime :

a. Phase de relation basée sur l'intimité et la confidentialité.

Celle-ci semble être la première phase. Elle est plus ou moins longue. L'agresseur cherche à gagner la confiance de sa future victime. Il opère un rapprochement intime et affectif avec sa victime. Cette phase vise à vaincre la peur de la victime.

b. Phase de contact verbal et/ou physique socialement admis.

Par des mots doux, des gestes affectueux, une sur-protection, une attention particulière, ... Cette phase peut aller de quelques heures à plusieurs mois. Dans le cas, les gestes sont socialement convenables pour tout le monde et la personne qui va être abusée ne verra rien venir.

L'abuseur pourra confier à sa victime soit des confidences à caractère sexuel, soit des caresses ou des embrassades amicales. Cette phase vise à réduire d'avantage la distance entre l'agresseur et la victime.

Les quatre phases qui conduisent à l'abus sexuel.

c. Phase de l'abus proprement dit.

C'est la phase de contact sexuel. La victime se retrouve pétrifiée, figée, tétanisée, étonnée, surprise, incapable de réagir, etc. C'est comme si la victime se retrouve dans une fosse de lions affamés. Il y a littéralement une différence des forces. Le faible (la victime) face à l'abuseur (le tout puissant).

d. Phase de prolongation et de renforcement.

Dans l'objectif d'obtenir soit par force ou par malice le silence de la victime, l'agresseur continue à abuser de sa victime. Cette continuation de l'abus permet à l'agresseur d'obtenir le silence de sa victime.

L'abus reste un secret absolu très longtemps, parfois toute la vie. L'abuseur entretien le sentiment de honte, de culpabilité, des menaces ou des privilèges (cadeaux, etc.). Ce qui fait que le silence devient difficile à rompre par la victime.

En gardant le silence, la victime se fait, malgré elle, l'alliée de l'abuseur, puisque la seule chose qu'il redoute, c'est d'être dénoncé. Le fait de devenir ainsi, bien involontairement, son alliée, renforce le mépris qu'elle a d'elle-même et sa culpabilité.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article