Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Abus et Maltraitance de l'Enfant

Abus et Maltraitance de l'Enfant

Ce blog informe, conseille et oriente les enfants, les parents et les professionnels.

L'enfant victime de maltraitance ou d'abus sexuel ne ment jamais !

Dans l'expertise ou la récolte des informations sur les actes d'abus sexuel, il est très important de se pencher sur la première révélation. La répétition de la scène ou le fait de répéter les événements passés a un effet sur la mémoire de l'enfant (cfr. mémoire à court et long terme). La victime d'abus sexuels utilise les termes adaptés à son âge.  Par exemple un enfant abusé à l'âge de 3ans, ne pourra pas relater cette horrible scène à l'âge de 12ans avec des termes d'un enfant de 8 ou 10 ans. Tout simplement parce que sa mémoire garde les termes qui étaient enregistrés au moment de l'acte traumatique.

Les abus et maltraitance se font sous de formes diverses et variées. Ceci dit, la victime peut mélanger des bouts d'histoires ou compléter son récit d'abus par d'autres récits afin de compléter son trou de mémoire. Ceci est fréquent quand l'adulte non auteur d'abus essaye de lui dicter des bouts d'histoire. Il demande à l'enfant, pour une raison personnelle, de relater une histoire qu'il lui a élaborée. Ces adultes induisent en erreur les enfants et les confusionnent davantage afin obtenir le gain de cause. C'est aux cliniciens que revient la tâche de distinguer  les vrais des non authentiques récits d'abus sexuels.

Signalons qu'à 3 ans, le scénario d'abus sexuel peut être raconté de manière stable. Et qu'à 5ans, il est capable de tout raconter avec des détails riches. La narration va de paire avec les états émotionnels et niveau du développement cognitif de la victime.

De toutes les façons, il faut garder à l'esprit que le récit de l'enfant dépend en grande partie de la manière dont on arrive à la lui faire raconter. L'enfant dans tout le cas, veut faire plaisir à l'adulte du coup il peut lui répondre selon ce qu'il cherche. Pour l'enfant, l'adulte ne ment pas et on doit tout lui dire, pour éviter de perdre sa confiance et son amour. 

Pour conclure, 3 facteurs sont à prendre en considération lors d'une expertise :

  • la capacité langagière de l'enfant, selon son âge et son niveau de développement.
  • le développement cognitif de l'enfant. Pour distinguer son arsenal sémantique et ses compétences à discerner le soi et le non soi.
  • l'état émotionnel de l'enfant.

Sujet à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article