Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Abus et Maltraitance de l'Enfant

Abus et Maltraitance de l'Enfant

Ce blog informe, conseille et oriente les enfants, les parents et les professionnels.

Le syndrome du bébé secoué

Le syndrome du bébé secoué

1. Définition du syndrome de bébé secoué.

Il s’agit de nourrissons violemment secoués, la tête ballottant dans tous les sens. Cette succession d’accélérations et de décélérations cérébrales brutales peut entraîner à cet âge la rupture des veines pont, formations fragiles qui se dirigent du cerveau vers la dure-mère.

En général, il s’agit d’un enfant de moins de 5 ans, dont la mère, appartenant souvent à une profession ayant un lien avec le monde médical, exerce activement les sévices, le père le cautionnant plus ou moins passivement, le tolérant ou même l’ignorant.

Le syndrome du bébé secoué

2. Les signes cliniques d'un bébé secoué.

Le tableau neurologique peut être d’emblée inquiétant du fait de la répétition de ces traumatismes, entraînant des contusions cérébrales hémorragiques parfois sans aucun autre symptôme de mauvais traitements.

On peut alors observer des hématomes sous-duraux, des hémorragies méningées et quasi constamment dans ce tableau des hémorragies intra-oculaires ou rétiniennes. Le diagnostic en est parfois difficile en l’absence de traces de coups.

Les fractures accidentelles des os longs sont exceptionnelles : notamment les fractures transversales de la diaphyse fémorale, les fractures spiroïdes de la diaphyse humérale ne devraient jamais a priori être considérées comme banales. Il en est de même, à cet âge, des fractures de côtes, notamment postérieures, au voisinage de la jonction costo-vertébrale.

3. Mode d’apparition des symptômes.

Il s’agit d’une maladie de l’enfant induite ou aggravée ou entretenue par un parent :

  • provoquée (malnutrition par vomissements induits, lésions cutanées par injection locale de toxiques, ou par la prise de médicaments, …).
  • inventée (description de crises épileptiques fictives par les parents).
  • simulée (diarrhée par adjonction d’eau aux selles).
  • il peut aussi s’agir d’une maladie réelle de l’enfant, aggravée par la conduite parentale (traitement volontairement non donné, doses majorées…).
Le syndrome du bébé secoué

4. Le contexte de découverte et investigation du syndrome.

  • Les symptômes que présente l’enfant imposent son hospitalisation, mais les examens pratiqués ne révèlent aucune cause classique à la pathologie.
  • Les parents provoquent ou demandent sans arrêt les hospitalisations répétées et peut-être rapprochées, généralement dans différents services, se présentant toujours comme désireux de savoir ce qui arrive leur enfant.
  • Les parents se montrent souvent très actifs durant l’hospitalisation et les soins.
  • Ils ne semblent pas en revanche aussi touchés que l’on pourrait l’imaginer par la gravité éventuelle des diagnostics évoqués par les médecins : tout se passe comme si l’important était que leur enfant soit reconnu « malade », comme si le statut d’enfant « malade » comptait par-dessus tout.

Le diagnostic de ce syndrome reste difficile et nécessite souvent une hospitalisation comprenant une séparation d’avec les parents, souvent difficile à négocier en l’absence de décision judiciaire.

Suivant : Prévention de la maltraitance infantile.

Partager cet article

Repost 1

Commenter cet article